logo

© Lin Delpierre
http://www.lindelpierre.net/

© theatre-contemporain.net

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Envoyer cette page à un ami
 

L'auteur

Grandes étapes de sa vie

Metteur en scène à succès

1990-1993

Autres écritures

Histoire d’amour (derniers chapitres), les trois mêmes acteurs huit ans après, le même lieu, Planoise, la suite de l’histoire. Hors Roulotte, dirige Liliane David dans Conversation chez les Stein sur monsieur de Goethe absent de Peter Hacks. Songe à une pièce sur les Gallimard, l’un de ses multiples projets avortés (L’Illusion comique de Corneille, la Trilogie du revoir de Botho Strauss, En attendant Godot, etc.).

Partenariat avec le Théâtre Granit de Belfort où vient d’arriver un nouveau directeur, Henri Taquet. Dirige des stages, signe des éditos en toute liberté dans les plaquettes de saison.

Solitaire intempestif

Crée à Belfort Les Solitaires intempestifs (nouvelle version du projet 1957-1987). Le spectacle vient à Paris au Théâtre de la Cité internationale où l’a précédé Histoire d’amour (derniers chapitres). Ses défenses immunitaires baissent, il est hospitalisé d’urgence avant la fin des représentations. Le montage de son film vidéo s’achève sur ses indications, sans lui. Dédié à Ron et Gary, deux amants dont un grand amour.

Début des tournées triomphales

Entre-temps, met en scène La Cantatrice chauve dont il a enfin obtenu les droits. Succès public considérable, trois ans de tournée.

Soirée en son honneur à Beaubourg. Cependant reste plus reconnu comme metteur en scène que comme auteur.

Naissance d’une maison d’édition

Création au sein de la Roulotte de la maison d’édition Les Solitaires Intempestifs pour publier des pièces aimées : celles de Olivier Py et Elizabeth Mazev, distribués dans Le Malade imaginaire de Molière, énorme succès, tournée interminable. Ecrit une pièce pour les acteurs du Malade imaginaire : Nous, les héros, où il s’inspire du Journal de Kafka (nombreuses citations) ; mais ne parvient pas à monter la production.

Déménage de la rue Didot à la cité Falguière. Visites régulières à l’hôpital, traitement lourd.

Ecrit un scénario avec le cinéaste Gérard Bouysse, projet inabouti. Le théâtre de Belfort lui commande une pièce destinée à être jouée en appartement. Il sort de ses tiroirs un ancien projet et écrit Les Règles du savoir-vivre dans la société moderne à partir d’un manuel de la fin du dix-neuvième siècle.

Différents articles de presse évoquent sa maladie.

Extrait du film "Portrait" de JL Lagarce

Extrait du film "Portrait" de JL Lagarce

© Les Solitaires Intempestifs