logo

© Lin Delpierre
http://www.lindelpierre.net/

© theatre-contemporain.net

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Envoyer cette page à un ami
 

L'auteur

Grandes étapes de sa vie

Paris avec vues sur Besançon, puis Berlin

1986-1990

Vit définitivement à Paris. Beaucoup de garçons, de sexe, un peu d’amour. Lit toujours énormément, voit beaucoup de films (écrit quelques chroniques pour Libération et Le Point sous un pseudonyme balzacien). Ecrit intensément : Journal, lettres, pièces.

« Derniers remords avant l’oubli »

Première version de Derniers remords avant l’oubli mal reçue par Lucien et Micheline Attoun. Pleure, re-travaille. La pièce paraît en tapuscrit. Personne ne veut s’engager sur sa production, Hans Peter Cloos, faute de mieux, en signe la mise en espace.

Projet 1957-1987, un spectacle-collage de textes pour ses trente ans, qui n’aboutit pas.

Tournée des spectacles commandos, mise en scène de Dommage qu’elle soit une putain à Besançon.

Séropo

23 juillet 1988 : séropositif. Traitement AZT, divers protocoles, l’hôpital entre dans son quotidien. La mort en ligne de mire. Elle est présente depuis longtemps dans ses pièces ; il a déjà titré Les Adieux la première version d’un roman refusé par les éditeurs. S’ensuivent deux spectacles pleins d’allégresse. Une adaptation des Chroniques maritales de Marcel Jouhandeau (tournées commandos) et Music-hall, une histoire d’artiste en tournée jouée par Hélène Surgère. Entre-temps, écrit Quichotte pour un opéra jazz sur des musiques de Mike Westbrook.

Les comptes de la Roulotte restent dans le rouge, les subventions modestes et toujours pas de théâtre où la compagnie serait chez elle.

Théâtre Ouvert consacre un « parcours » à trois auteurs dont la notoriété n’est pas encore suffisamment assurée, Lagarce est l’un d’eux.

« Juste la fin du monde »

Lauréat d’une bourse « villa Médicis hors les murs », séjourne à Berlin où il écrit Juste la fin du monde et filme avec une caméra vidéo prêtée par le CICV de Montbéliard-Belfort. Retour à Paris : la pièce est refusée partout.

Il cesse d’écrire des pièces. Commence à recopier son Journal et travaille au montage de son Journal vidéo. Met en scène On purge bébé ! de Feydeau.

Candidat à la direction du CDN de Besançon dont le directeur arrive en fin de mandat. On lui en préfère un autre. Mais sa compagnie passe « hors commission » ce qui garantit pour trois ans une certaine stabilité financière.

Extrait du film "Portrait" de JL Lagarce

Extrait du film "Portrait" de JL Lagarce

© Les Solitaires Intempestifs